Menu Fermer

Le lancement suborbital d'Exos Aerospace échoue

Exos crash

WASHINGTON – Une fusée-sonde sous-orbitale réutilisable lancée par Exos Aerospace a mal fonctionné peu après le décollage, provoquant le crash du véhicule quelques minutes plus tard.

La fusée-sonde autonome sous-orbitale avec GuidancE ou SARGE a décollé de Spaceport America au Nouveau-Mexique vers 13h40, heure de l'Est. La fusée a dégagé sa rampe de lancement en douceur, mais quelques secondes plus tard, elle a semblé subir une perte de contrôle de son assiette et à vaciller.

La fusée est conçue pour déployer des parachutes afin de la ramener à un atterrissage près du site de lancement. Au lieu de cela, plusieurs débris étaient visibles en train de retomber sur le sol et le corps de la fusée s'est écrasé près de la rampe de lancement près de trois minutes et demie après le décollage.

Selon la télémétrie diffusée sur le Web, la fusée a atteint une altitude de pointe d’environ 12 600 mètres, bien en deçà de l’altitude prévue d’au moins 80 kilomètres.

John Quinn, directeur de l'exploitation d'Exos, a donné peu de détails sur la cause potentielle de l'échec à la fin de la diffusion Web du vol. «C'est la science de fusée. Nous réglerons le problème et nous y retournerons », a-t-il déclaré.

Le lancement était le quatrième pour SARGE, un véhicule conçu pour des dizaines de vols à la limite de l'espace. Ce lancement a porté un certain nombre de charges de recherche d'organisations allant de la Mayo Clinic à la Purdue University, cherchant à tirer parti des quelque 90 secondes de «microgravité de bonne qualité», a déclaré Quinn.

Exos a eu des problèmes avec le système de guidage sur SARGE lors de vols antérieurs. Lors du précédent lancement de SARGE le 29 juin, également de Spaceport America, la fusée a commencé à tourner peu après le décollage. Cependant, les systèmes de récupération ont fonctionné comme prévu et la fusée a été récupérée en toute sécurité.

Avant cette diffusion sur le Web, Quinn avait déclaré qu'Exos avait remplacé une unité de mesure inertielle défectueuse après le lancement de juin. Les tests effectués il y a à peine deux jours ont confirmé que le système mis à jour fonctionnait comme prévu dans les simulations.

Exos avait espéré faire parcourir ce véhicule à au moins 80 kilomètres pour pouvoir prétendre à un contrat avec la NASA dans le cadre du programme Flight Opportunities, qui organise des vols suborbitaux pour des charges utiles de recherche. La société avait également prévu d’utiliser le même véhicule SARGE pour des vols d’essai consécutifs, à 48 heures d’arrière, au début de 2020. Selon Quinn, la société devrait commencer la construction de quatre ou cinq nouvelles fusées SARGE l’année prochaine.

SpaceNews.com