Menu Fermer

L'alliance de la bande C augmente sa proposition à 300 MHz

WASHINGTON – Le 28 octobre, Intelsat, SES et Télésat ont acquiescé à la demande d'un spectre plus large, affirmant que leur groupe, la C-Band Alliance, offrirait 300 MHz de spectre satellite aux opérateurs cellulaires pour des services 5G au lieu de 200 MHz comme prévu.

L'augmentation – à 280 mégahertz utilisables plus une bande de garde de 20 mégahertz – fait suite à la pression exercée par un responsable de la Commission fédérale de la communication pour plus de spectre et à un plan de spectre concurrentiel préconisant 370 mégahertz.

La FCC compte décider cette année de la réutilisation de tout ou partie des 500 mégahertz de spectre utilisés par les opérateurs de satellites à liaison descendante en bande C, principalement aux États-Unis, principalement pour les émissions de télévision et de radio par satellite.

Michael O'Rielly, le commissaire le plus parlant de la FCC pour la bande C, a déclaré en septembre que les États-Unis avaient besoin d'au moins 300 mégahertz du spectre convoité pour les services cellulaires 5G. ACA Connects, une association de 700 fournisseurs de télécommunications de petite et moyenne taille, proposée en juillet, en partenariat avec le géant du câble Charter Communications et la Competitive Carriers Association, une alternative au plan de l'opérateur de satellite qui réorienterait 370 mégahertz de bande C (350 mégahertz utilisables et une bande de garde de 20 mégahertz).

La C-Band Alliance a déclaré le 28 octobre qu’elle avait conclu qu’il était possible de supprimer 300 mégahertz en accélérant l’adoption de la technologie de compression de signal avancée et des «améliorations du signal associées» pour les diffuseurs par satellite.

«Tout au long de ce processus de près de deux ans, nous avons cherché à collaborer en tant que pairs, à répondre aux objectifs des décideurs américains cherchant un spectre pour la 5G, et à collaborer étroitement avec nos clients pour protéger leurs transmissions et comprendre leurs tendances actuelles et futures. dans un communiqué de presse, Stephen Spengler, PDG d’Intelsat, s’exprimant au nom de la C-Band Alliance. «Pendant ce temps, la technologie de compression a continué à être commercialisée. Nous sommes convaincus que nous pouvons fournir une solution qui optimise non seulement la compensation du spectre à bande moyenne pour permettre la 5G aux États-Unis, mais qui finance également une infrastructure de compression de nouvelle génération à efficacité spectrale efficace pour la distribution de programmation aux États-Unis. "

Spengler et le PDG de SES, Steve Collar, ont récemment indiqué dans leurs appels sur les bénéfices que la pression de 300 mégahertz était de plus en plus forte et ont souligné le codage vidéo à haute efficacité, ou HEVC, comme moyen de diffuser du contenu avec moins de capacité.

HEVC en est encore à ses balbutiements et une grande partie de son adoption est liée à la croissance des chaînes Ultra-HD. Ferdinand Kayser, PDG de la division vidéo de SES, a déclaré lors d'une conférence téléphonique sur les résultats du 25 octobre que seulement 4% des clients de l'entreprise utilisaient HEVC.

La C-Band Alliance a déclaré que puisque sa proposition couvrait tous les coûts de transition pour les radiodiffuseurs, leur transfert au profit de HEVC "accélérait simplement ces points de décision" pour les radiodiffuseurs qui auraient été plus lents à adopter la technologie. L'alliance a déclaré qu'elle travaillerait également avec les radiodiffuseurs pour éliminer les transmissions en double qui sont diffusées aujourd'hui dans plusieurs formats vidéo.

L’augmentation à 300 mégahertz est la deuxième fois que l’Alliance des bandes C augmente sa proposition, après l’avoir doublée, passant de 100 à 200 mégahertz il ya un an en octobre. La C-Band Alliance a également réduit la taille de sa bande de garde à 20 mégahertz, contre une estimation initiale d’environ 50 mégahertz.

La vente de 300 mégahertz n'augmentera pas le nombre de nouveaux satellites que la C-Band Alliance a déclaré devoir poursuivre ses activités au-delà des huit qu'elle avait jugées nécessaires si elle perdait 200 mégahertz. Ces huit satellites seront toujours achetés à des fabricants de satellites américains, a annoncé la C-Band Alliance.

La C-Band Alliance estime que le coût du réaménagement des 120 millions de foyers et autres clients desservis en bande C allant de 500 mégahertz à seulement 200 mégahertz représentera entre 2,5 et 3,5 milliards de dollars. Ce coût inclut les nouveaux satellites, la technologie de compression et les filtres de signal nécessaires pour éviter les interférences des périphériques 5G à proximité.

Selon le plan révisé, 100 mégahertz de bande C seraient libérés dans 46 des plus grandes régions métropolitaines des États-Unis dans les 18 mois suivant une commande de la FCC. La totalité des 280 mégahertz serait disponible sur l'ensemble du continent américain d'ici 36 mois, a annoncé la C-Band Alliance.

SpaceNews.com