Menu Fermer

Rokot effectue le lancement final – transporte trois satellites Gonets-M en orbite

Russie

L'UR-100NUTTKh

Voir également

Couverture de lancement Rokot75 Manuels des véhicules de lancement (L2) Section russe L2Cliquez ici pour rejoindre L2

Les années 1970 ont également vu l'Union soviétique commissionner un remplacement à long terme de l'UR-100. Cela a conduit à la série UR-100N, un missile considérablement repensé de cinq mètres et demi (18 pieds) de plus et de 50 centimètres (1,6 pieds) plus large que son prédécesseur, qui pourrait être considéré comme un nouveau véhicule. L'UR-100N a volé pour la première fois en septembre 1972 et est entré en service en 1975. En plus d'être agrandi, le design de l'UR-100N a introduit de nouveaux moteurs et ajouté un petit troisième étage pour servir de véhicule post-boost pour la livraison précise de multiples rentrées indépendantes. (MIRV) et contre-mesures renforcées contre les systèmes de missiles anti-balistiques.

L'UR-100NUTTKh représentait une nouvelle mise à niveau par rapport à l'UR-100N, avec des moteurs, des systèmes de contrôle et d'autres modifications améliorés pour augmenter la capacité de survie en cas de première frappe des États-Unis. L'UR-100NUTTKh a effectué son premier vol d'essai en octobre 1977 et a commencé à entrer en service à la fin de 1979. En 1984, le déploiement de ces missiles avait atteint 360, remplaçant l'UR-100N. Le Traité sur la réduction des armes stratégiques (START) a été signé en 1991, limitant le nombre de missiles que l'Union soviétique pouvait utiliser, et avec le retour des missiles UR-100NUTTKh déployés en Ukraine après la chute de l'Union soviétique, la Russie s'est retrouvée avec un surplus.

Malgré leur âge, un petit nombre de missiles UR-100NUTTKh restent en service de première ligne avec les Forces de missiles stratégiques russes, dont plusieurs sont en cours de rééquipement avec les nouveaux véhicules de rentrée de planeurs hypersoniques Avangard.

Avec un important stock de missiles, la Russie a lancé deux programmes pour lancer des satellites sur l'UR-100NUTTKh: Rokot et Strela. La fusée Strela, qui a volé trois fois

Le nom Rokot vient du russe

Rokot devait à l'origine être un véhicule d'appoint pour un programme d'armes antisatellites, Naryad, avec la version initiale de l'étage supérieur de Briz

Le 26 décembre 1994, Rokot a effectué son premier lancement orbital, transportant le radio-satellite amateur Radio-ROSTO sur une orbite terrestre basse. Comme le vol inaugural, le deuxième vol Naryad et les missions Radio-ROSTO ont également été lancés en silo depuis Baïkonour, à partir du site 175/58. Aucun autre lancement de Naryad n'a été effectué après le vol d'essai de 1991.

Rokot sur un lancement pour l'ESA

Malgré le succès de ces lancements initiaux, Rokot ne volerait plus pendant plus de cinq ans. Pendant ce temps, une nouvelle plateforme de lancement en surface a été construite sur le site 133/3 de la Russie

Le site 133 a été construit à l'origine pour la fusée Kosmos-2I, dérivée du missile R-12. Sa base de lancement unique a été désignée 133/1, avec l'équipement de lancement du nom de code Raduga

Fin 1999, un Rokot / Briz-K a été préparé pour le type

Les lancements ultérieurs de Rokot utiliseraient l'étage supérieur Briz-KM amélioré à la place de l'ancien Briz-K. Cette version de Briz a été agrandie et renforcée de sorte qu'elle n'a pas eu besoin d'être encapsulée dans Rokot

Étage supérieur Briz-KM

Le véhicule Rokot / Briz-KM n'a été lancé que depuis le pavé de surface de Plesetsk. Son premier vol et la première mission Rokot à décoller de Plesetsk ont eu lieu le 16 mai 2000 avec SimSat-1 et SimSat-2. Ces charges utiles étaient des simulateurs de masse, imitant une paire de satellites de communication Iridium. Eurockot, l'une des nombreuses sociétés créées dans les années 1990 pour commercialiser des fusées russes à des clients occidentaux pour des lancements commerciaux après la chute de l'Union soviétique, avait conclu un contrat avec Iridium pour un certain nombre de lancements visant à reconstituer ce dernier.

La première charge utile fonctionnelle lancée à bord d'un Rokot était l'expérience conjointe américano-allemande sur la gravité et le rétablissement du climat (GRACE), qui a décollé en mars 2002. Trois mois plus tard, Rokot a effectué sa seule mission Iridium qui a déployé les satellites Iridium 97 et 98

Rokot

Un autre lancement de Rokot en 2003 a vu le Japon

En juillet 2006, Rokot a repris le service avec le lancement du satellite sud-coréen Arirang-2 (KOMPSAT-2). Le type a fait son premier lancement militaire en mai 2008 avec trois satellites de communication Strela-3. Au cours des dix années suivantes, Rokot a été utilisé pour un mélange de missions militaires et commerciales. Les lancements militaires ont largement transporté des satellites Strela-3 et leurs successeurs, Rodnik (Strela-3M). Ces satellites se lancent généralement en groupes de trois, bien que les satellites civils Gonets-M puissent remplacer leurs homologues militaires. En plus du lancement de Strela-3 en mai 2008, Rokot a effectué une mission avec un Strela-3, un Rodnik et un Gonets-M, une mission avec un Strela-3 et deux Gonets-Ms et cinq lancements avec trois vaisseaux spatiaux Rodnik. Quatre lancements dédiés avec des trios de satellites Gonets-M

Sur plusieurs Strela, Rodnik et Gonets lance un quatrième satellite plus petit a été inclus. Il s'agit notamment des démonstrateurs technologiques Yubileiny et MiR et de trois satellites militaires qui seraient utilisés pour inspecter des satellites en orbite terrestre basse. Rokot

Le premier de Rokot

Rokot

Avec l'introduction de l'Europe

Rokot a fait son dernier lancement commercial l'année dernière, a lancé le dernier satellite de géodésie militaire GEO-IK-2 en août et vendredi suivant

La Russie reste ouverte à la relance de Rokot à une date ultérieure, avec un nouveau véhicule Rokot-2, incorporant uniquement du matériel russe, à l'étude. Si cela est développé, il ne volera pas avant 2021.

À moins que et jusqu'à ce que Rokot-2 vole, Rokot prend sa retraite après vingt-neuf ans de service et 34 lancements

Site 133/3 à Plesetsk

En raison de son héritage en tant que missile lancé en silo, même lorsqu'il vole de sa rampe de lancement en surface, les deux premiers étages de la fusée sont contenus dans une cartouche de lancement. Avant vendredi

Le Rokot à combustible liquide a brûlé des propergols stockables, hypergoliques

Un Rokot à moteur RD-0233

Le moteur principal de Rokot

Rokot

À la fin du vol de deuxième étape, Rokot a côtoyé pendant une quinzaine de secondes avant de déployer Briz-KM pour continuer à transporter sa charge utile en orbite. Bien que les horaires pour les brûlures de Briz-KM n'aient pas été publiés, la scène aurait probablement tiré deux fois

Avec toutes ses charges utiles déployées en toute sécurité, Briz-KM a brûlé un moteur final pour abaisser son orbite, minimisant le risque de collisions ultérieures avec les satellites qu'il avait déployés ou d'autres engins spatiaux sur l'orbite opérationnelle. Cela n'aurait pas été une brûlure à pleine orbite, mais plutôt une baisse de l'orbite

La charge utile principale de vendredi

# La dernière tentative de lancement orbital de la Russie en 2019 est une assez bonne représentation de la dernière décennie. Jugez par vous-même: https://t.co/OlVPaBujf5 pic.twitter.com/j3SlcJRAfZ

– Anatoly Zak (@RussianSpaceWeb) 26 décembre 2019

Gonets-M est la deuxième génération du système Gonets, les premiers satellites Gonets étaient dérivés des satellites Strela-3 et lancés à bord de fusées Tsyklon-3 entre 1992 et 2001. Le premier prototype Gonets-M a été lancé à bord d'une fusée Kosmos-3M en 2005 , aux côtés d'un satellite Rodnik analogue. Les lancements ultérieurs utilisant des véhicules Rokot ont commencé en 2010. Après Rokot

Les trois satellites lancés portent les numéros de série 24, 25 et 26, représentant les quatorzième, quinzième et seizième vaisseaux spatiaux Gonets-M à voler. Ils ont été rejoints à bord de Rokot par le premier satellite BLITS-M. Ball Lens in the Space, ou BLITS, est une série de petits satellites utilisés pour des expériences de télémétrie laser. Une sphère de verre mesurant 22 centimètres (8,7 pouces) de diamètre, un côté de BLITS-M est recouvert d'un revêtement opaque et l'autre rétroréfléchit la lumière transmise par le sol. BLITS-M fait suite au satellite BLITS qui a été lancé en 2009.

Vendredi

En UTC, qui est utilisé pour la plupart des opérations de vol spatial, Rokot

Le post Rokot procède au lancement final