Menu Fermer

Blue Origin teste un moteur d'atterrisseur lunaire au laboratoire de l'Air Force

BE-7 hotfire test

WASHINGTON

L'AFRL et Blue Origin ont signé un accord coopératif de recherche et développement de 15 ans, ou CRADA, le 11 décembre, concernant les tests de Blue Origin

Cette installation, connue sous le nom de site 1-42 ou Complexe de propulsion de l'environnement spatial, est utilisée pour tester les moteurs de fusées et les composants des engins spatiaux dans des conditions atmosphériques ou de vide supérieures. Des améliorations telles que de nouvelles capacités de propulsion à l'hydrogène liquide et à l'oxygène liquide, a indiqué l'AFRL,

«La réaffectation de l’infrastructure sur le site de test 1-42 nous permet d’accélérer le développement du moteur BE-7 pour notre atterrisseur lunaire Blue Moon», a déclaré Eric Blumer, directeur principal du programme de moteurs BE-7 chez Blue Origin, dans le communiqué. . « Il jouera un rôle essentiel dans le soutien de Blue Origin au programme Artemis pour envoyer des femmes et des hommes sur la lune d’ici 2024. »

Les mises à niveau du site 1-42 seront disponibles pour d'autres utilisateurs à l'avenir, ont déclaré des responsables de l'AFRL.

Blue Origin a annoncé le moteur BE-7 en mai 2019 lorsqu'elle a dévoilé la conception mise à jour de l'atterrisseur Blue Moon, qui utilisera ce moteur. Le BE-7, qui utilise de l'hydrogène liquide et des propulseurs à oxygène liquide, est conçu pour produire une force de poussée de 10 000 livres et être profondément étranglable. Jeff Bezos, fondateur de Blue Origin, a déclaré en mai que la société travaillait sur le BE-7 depuis trois ans.

Lors de l'événement de mai, la société s'est concentrée sur l'utilisation de Blue Moon pour les missions de fret, mais a suggéré qu'une version en équipage était également possible. En octobre, Blue Origin a annoncé qu'il proposait une version de cet atterrisseur, en partenariat avec Draper, Lockheed Martin et Northrop Grumman, pour la NASA

Blue Origin a annoncé le premier test à chaud du BE-7 en juin sur un stand à la NASA

L'accord avec Blue Origin est le deuxième partenariat de ce type impliquant l'AFRL révélé le mois dernier. L'AFRL a annoncé le 9 janvier avoir signé un CRADA en juillet dernier avec ABL Space Systems, une petite start-up de lancement, couvrant le développement et les tests de systèmes de propulsion de fusées.

SpaceNews.com