Menu Fermer

Après un cas de coronavirus, Marshall de la NASA passe au télétravail – SpaceNews.com

Mise à jour à 18h45 (heure de l’Est) avec la déclaration de la NASA.

WASHINGTON – Le Marshall Space Flight Center de la NASA en Alabama a annoncé le 14 mars qu’il mettait en place une politique de télétravail obligatoire après qu’un employé ait été diagnostiqué avec la maladie à coronavirus COVID-19 alors que le reste de l’agence intensifie sa réponse à la pandémie.

Dans une déclaration, Jody Singer, directrice de Marshall, a déclaré que le centre avait reçu confirmation, fin mars, qu’un employé non nommé avait été testé positif au COVID-19. En conséquence, a-t-elle dit, le centre a institué « le télétravail obligatoire à partir de maintenant et jusqu’à nouvel ordre ». Seul le personnel essentiel à la mission sera autorisé à pénétrer dans le centre. Marshall effectue également une « recherche de contacts » pour identifier les personnes « qui ont pu avoir un contact important avec cet employé », a déclaré Mme Singer.

L’annonce place Marshall dans la « phase 3 » d’un cadre de la NASA pour faire face à la pandémie de coronavirus. Outre le télétravail obligatoire, la phase 3 limite les ressources du centre, telles que les services de restauration et les cliniques, au minimum nécessaire pour soutenir le personnel essentiel à la mission. Les employés sont tenus de tenir des réunions virtuelles et seuls les déplacements indispensables à la mission sont autorisés.

Marshall est le deuxième centre de la NASA à invoquer le télétravail obligatoire en réponse à la pandémie. Le centre de recherche Ames de la NASA en Californie a annoncé fin mars 8 qu’il restreignait l’accès au centre après qu’un de ses employés ait été testé positif au COVID-19.

Dans une mise à jour du 13 mars, Ames a déclaré que le statut de télétravail obligatoire resterait en place jusqu’au 18 mars. À ce moment-là, il permettra aux employés qui doivent être physiquement présents au centre et qui ne peuvent pas effectivement télétravailler, comme ceux qui travaillent dans les laboratoires et autres installations, de revenir. Les autres employés seront autorisés à revenir « pour de courtes périodes » afin de récupérer les objets dont ils ont besoin pour continuer à télétravailler.

Dans ce cadre, le reste de l’agence est maintenant au stade 2, a annoncé fin mars l’administrateur de la NASA Jim Bridenstine. Le télétravail est « fortement encouragé » et les déplacements qui ne sont pas considérés comme essentiels à la mission sont limités.

« Bien que nous n’ayons aucun cas confirmé de COVID-19 dans aucun autre centre de la NASA à ce jour, le 14 mars, par excès de prudence, tous les autres centres de la NASA sont en transition vers la phase 2 de notre cadre d’intervention », a déclaré Mme Bridenstine. « Les directeurs des centres ont été en contact avec leurs employés au sujet de ce changement de statut et des étapes à venir ».

« Au fur et à mesure de l’évolution de la situation COVID-19, nous continuerons à surveiller étroitement et à coordonner avec les fonctionnaires fédéraux, étatiques et communautaires pour prendre toute autre mesure appropriée pour aider à sauvegarder la famille de la NASA », a-t-il déclaré, exhortant les employés qui doivent se rendre au travail dans les centres à ne pas le faire s’ils se sentent malades, et pour que tous suivent les conseils des centres de contrôle et de prévention des maladies.

Avant même l’annonce de Bridenstine, d’autres centres suivaient le mouvement. Le Goddard Space Flight Center du Maryland a annoncé le 13 mars qu’il encourageait ses employés à télétravailler et qu’il avait annulé « toutes les visites non essentielles à la mission » dans ses locaux. Goddard a également fermé son centre d’accueil des visiteurs ainsi que celui du Wallops Flight Facility en Virginie, qui est géré par Goddard.

Le Kennedy Space Center Visitor Complex, qui est exploité pour la NASA par Delaware North, a annoncé le 14 mars qu’il fermait le complexe au public, à compter du 16 mars et jusqu’à nouvel ordre, « par excès de prudence ».