Menu Fermer

Orion termine ses essais à Plum Brook – SpaceNews.com

WASHINGTON – L’engin spatial Orion qui participera au premier lancement du système de lancement spatial a terminé ses essais dans une installation de l’Ohio et sera bientôt renvoyé au Centre spatial Kennedy pour les derniers préparatifs de lancement.

Le 14 mars, la NASA a organisé une cérémonie à la station Plum Brook de Sandusky (Ohio), gérée par le Centre de recherche Glenn, pour marquer la fin des essais en environnement du vaisseau spatial Orion qui pilotera la mission Artemis 1. Orion est arrivé à Plum Brook en novembre pour des tests de vide thermique et d’environnement électromagnétique.

Ces tests ont été « extrêmement réussis », a déclaré dans une interview Jules Schneider, directeur des opérations d’assemblage, de test et de lancement pour Orion chez Lockheed Martin. Les essais sous vide thermique, où le vaisseau spatial a été soumis à des températures allant d’environ -155 à 150 degrés Celsius, ont été réalisés en 47 jours au lieu des 63 jours prévus.

L’autre série de tests concernait les interférences électromagnétiques et la compatibilité des systèmes des engins spatiaux. Ces tests ont pris un peu plus de temps que prévu, puisqu’ils ont été réalisés en 13 jours au lieu des huit prévus.

Ces tests, a-t-il dit, n’ont révélé aucun problème majeur avec le vaisseau spatial. « Nous avons appris certaines choses, mais rien ne nous a sauté aux yeux. Nous n’avons rien découvert qui allait nous poser des problèmes majeurs pour faire fonctionner le vaisseau spatial, des choses qui nous obligeraient à y retourner et à changer la conception ou l’emplacement de quoi que ce soit », a-t-il déclaré.

Les essais à Plum Brook étant terminés, la NASA transportera l’Orion au Centre spatial Kennedy dans environ une semaine à bord d’un avion Super Guppy. Il retournera au bâtiment des opérations et des vérifications de Neil Armstrong, où il sera soumis à un traitement final en vue de son lancement.

Ce travail, a déclaré M. Schneider, comprend le retrait des instruments utilisés pour les essais à Plum Brook et l’installation de matériel tel que le carénage autour du module de service Orion. Ces travaux devraient durer entre deux et quatre mois. « Nous faisons cela pour la première fois, il y a donc un peu d’incertitude », a-t-il déclaré.

Lockheed se prépare à poursuivre ce travail malgré les impacts croissants sur la pandémie de coronavirus. Bien que l’accès au Centre spatial Kennedy ne soit pas actuellement limité, M. Schneider a déclaré que les responsables du centre ont accepté de considérer le travail d’Orion comme « essentiel », ce qui signifie que le personnel peut continuer à se rendre sur place même si le centre instaure le télétravail obligatoire.

La remise officielle du vaisseau spatial à l’entrepreneur de systèmes d’exploration au sol Jacobs est actuellement prévue pour le mois de juin et marquera la fin des travaux de Lockheed sur le vaisseau spatial dans le cadre de son contrat. Jacobs sera alors responsable des préparatifs de lancement, tels que le ravitaillement en carburant du vaisseau spatial et l’intégration ultérieure du vaisseau spatial au SLS.

La NASA n’a pas encore annoncé de nouvelle date de lancement pour la mission Artemis 1, qui était précédemment prévue pour la fin de cette année. L’administrateur associé de la NASA, Steve Jurczyk, a déclaré fin février que le lancement aurait probablement lieu au milieu ou à la fin de l’année 2021.

Le test de Plum Brook est un événement unique pour Orion, qui a nécessité un travail important. « Le voyage aller-retour à Plum Brook est en soi un effort massif », a-t-il déclaré, nécessitant des choses comme le développement de dispositifs spéciaux pour transporter Orion, qui est normalement maintenu en position verticale, à l’horizontale. « Je ne peux pas surestimer la difficulté et l’implication qu’il y a à faire bouger le véhicule comme ça ».

Plus tard, le vaisseau spatial Orion sera soumis à des essais thermiques et sous vide dans des chambres séparées au KSC : essais thermiques à pression ambiante et essais sous vide à température ambiante. Dans ce cas, le module d’équipage et le module de service effectueront les essais thermiques séparément, mais seront intégrés pour les essais sous vide.

« Nous construisons Artemis 1 depuis longtemps maintenant », a déclaré M. Schneider. « Je suis très enthousiaste à l’idée de livrer Artemis 1 à la NASA cette année. Ce fut un long voyage ».

Cet article a été rédigé par Jeff Foust et traduit par TouslesTelescopes.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. TouslesTelescopes.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.