Menu Fermer

Mémo du ministère de la défense : Les fournisseurs de produits et services essentiels doivent rester en activité pendant la pandémie – SpaceNews.com

Mémo d’Ellen Lord : « Si vous travaillez dans une industrie d’infrastructures critiques, vous avez la responsabilité particulière de maintenir votre horaire de travail normal ».

WASHINGTON – Les entrepreneurs du ministère de la défense dans des secteurs tels que l’aérospatiale, la fabrication et le renseignement font partie de l’infrastructure critique des États-Unis et doivent continuer à travailler pendant la crise du coronavirus, a déclaré la sous-secrétaire à la défense pour l’acquisition et le maintien en puissance, Ellen Lord, dans un mémo du 20 mars.

La « base industrielle de la défense » est l’un des secteurs identifiés dans un mémo du 19 mars du ministère de la sécurité intérieure comme étant des infrastructures critiques, a noté M. Lord. Le mémo a été distribué vendredi aux associations de l’industrie de la défense, aux associations de gouverneurs et aux comités du Capitole.

« Si vous travaillez dans une industrie d’infrastructures critiques, vous avez la responsabilité particulière de maintenir votre horaire de travail normal » pendant l’urgence COVID-19, a-t-elle écrit. Cela s’applique aux maîtres d’œuvre et aux sous-traitants qui « soutiennent les services essentiels de production de sable nécessaires pour répondre aux engagements de sécurité nationale envers le gouvernement fédéral et l’armée américaine ».

Les entreprises et les travailleurs classés comme essentiels comprennent ceux des secteurs de l’aérospatiale, des ingénieurs en mécanique et en logiciels, de la fabrication et de la production, du soutien informatique, de la sécurité, du renseignement, de la maintenance des aéronefs et des systèmes d’armes, des fournisseurs de fournitures médicales et de produits pharmaceutiques, et des transports critiques.

« Si votre contrat ou votre sous-traitance soutient le développement, la production, les essais, la mise en service ou la maintenance de nos systèmes d’armes et de nos logiciels », ces travailleurs sont considérés comme essentiels, a déclaré M. Lord. « Ces entreprises doivent maintenir des horaires de travail normaux ».

Pendant la pandémie COVID-19, a écrit M. Lord, les entreprises devraient suivre les conseils des Centres de contrôle et de prévention des maladies, des gouvernements des États et des collectivités locales concernant les stratégies visant à limiter la propagation de la maladie.

« Nous avons besoin de votre soutien et de votre dévouement en ces temps difficiles pour assurer la sécurité de cette nation », a-t-elle ajouté.

Le porte-parole du Pentagone, le lieutenant-colonel Mike Andrews, a déclaré dans une déclaration que Lord a rencontré vendredi le président de la commission des services armés du Sénat, le sénateur James Inhofe (R-Okla.), pour discuter de cette note et d’autres questions liées à la crise du coronavirus. « En outre, elle contactera plusieurs gouverneurs d’état pour discuter des infrastructures critiques spécifiques à l’état et des efforts essentiels en matière de main-d’œuvre », a déclaré M. Andrews.

Demandes des groupes industriels

Le mémo de Lord fait suite aux appels lancés par les principaux groupes industriels au DoD et au Congrès pour qu’ils contribuent à assurer la poursuite des travaux essentiels de sécurité nationale pendant la pandémie en désignant les programmes et la main-d’œuvre de sécurité nationale comme essentiels. Les associations industrielles ont également demandé au DoD de veiller à ce que les entrepreneurs soient payés à temps pour éviter l’effondrement financier des fournisseurs essentiels.

« En ce moment, les défis extraordinaires auxquels sont confrontés nos travailleurs et notre chaîne d’approvisionnement fortement intégrée se répercutent sur la base industrielle américaine, ce qui a un impact majeur et mesurable sur notre économie », a déclaré Eric Fanning, président et directeur général de l’Association des industries aérospatiales, dans une déclaration le 18 mars.

M. Fanning a appelé à une injection temporaire d’investissements publics et privés dans le système pour aider à atténuer la réduction des flux de trésorerie et les charges financières découlant de la crise COVID-19. Il a également demandé « des directives claires et cohérentes pour tous les contrats fédéraux afin d’accélérer les paiements, les obligations et les attributions de contrats et de faciliter le flux des ressources critiques vers la chaîne d’approvisionnement ».

Le président de l’Association industrielle de la défense nationale, Hawk Carlisle, dans une lettre du 19 mars aux dirigeants du Congrès, a déclaré que la crise du coronavirus est une « menace que la nation n’a pas vue depuis la Seconde Guerre mondiale ».

Il a demandé au Congrès d’approuver les paiements accélérés, les allégements et crédits d’impôt et les prêts à taux zéro pour les petites entreprises et d’exempter les entrepreneurs, le cas échéant, des ordonnances des États et des collectivités locales qui limitent l’accès des entreprises aux installations.

Carlisle a déclaré que le gouvernement doit « payer les entrepreneurs à temps lorsque les fournisseurs font face aux défis causés par la pandémie ». En déclarant une urgence nationale, l’administration a activé certaines protections pour les entrepreneurs de défense, comme le prévoit la réglementation fédérale sur les acquisitions. « Toutefois, elle ne leur offre pas de protection contre les pertes de salaire dues aux retards causés par une épidémie ou une quarantaine », a déclaré M. Carlisle, « ni ne les protège si la chaîne d’approvisionnement est touchée par une crise mondiale ».

La Commercial Spaceflight Federation, quant à elle, a demandé au Congrès de prendre des mesures pour protéger la base industrielle spatiale commerciale américaine pendant cette crise.

Dans une lettre adressée aux dirigeants du Congrès, le président de la CSF, Eric Stallmer, a déclaré que la situation actuelle de COVID-19 « menace d’infliger un préjudice durable » à l’industrie spatiale.

« Les États-Unis s’associent à l’industrie spatiale commerciale nationale pour mener à bien toutes leurs missions spatiales, y compris celles du ministère de la défense, de la communauté du renseignement et de la NASA », a écrit M. Stallmer. « Le ralentissement soudain des travaux de programmation, combiné à l’éventuelle fermeture des champs de lancement spatiaux fédéraux, pose des défis importants à la continuité opérationnelle pour assurer l’accès à l’espace pour les missions critiques, et a des impacts substantiels sur la chaîne d’approvisionnement spatiale commerciale ».

La CSF a demandé au Congrès d’établir un programme de subventions ou de prêts à faible taux d’intérêt de 5 milliards de dollars « pour assurer la disponibilité continue des infrastructures aérospatiales essentielles, des capacités, du personnel et de la préparation des missions afin de maintenir un accès garanti à l’espace pour les missions spatiales civiles, commerciales et de sécurité nationale ».

Selon M. Stallmer, le lancement spatial devrait être classé comme une industrie « critique » qui devrait avoir accès à un fonds de 150 milliards de dollars proposé par la Maison Blanche. « Si les entreprises qui soutiennent la sécurité nationale ou les activités spatiales civiles ne peuvent pas mener de missions pour le gouvernement en raison de la fermeture des installations fédérales (y compris les aires de lancement), elles ne pourront pas recevoir de paiements d’étape pour l’achèvement des missions, ce qui entraînera un manque important de capital d’exploitation ».

La lettre du CSF note que « les fermetures généralisées associées à COVID menacent de retarder considérablement les efforts critiques de sécurité nationale et de l’espace civil. Ces fermetures pourraient également interrompre les flux de trésorerie des maîtres d’œuvre et des fournisseurs, ce qui pourrait entraîner des fermetures en aval qui nuiraient à la base industrielle ».

Pour maintenir les opérations des entrepreneurs essentiels tout en minimisant la transmission de COVID-19, le gouvernement fédéral devrait mettre à disposition des fonds pour l’équipement de protection individuelle, les thermomètres et autres aides nécessaires aux employés pour poursuivre les opérations en toute sécurité, a proposé le CSF

Cet article a été rédigé par Sandra Erwin et traduit par TouslesTelescopes.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. TouslesTelescopes.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.