Menu Fermer

Le marché de la défense, un havre de sécurité pour les entreprises spatiales en cas de pandémie – SpaceNews.com

Alors que l’économie mondiale est en proie à la crise du coronavirus, les investissements s’arrêtent, créant une profonde incertitude pour un secteur spatial commercial qui a vu plus de 25 milliards de dollars de capital-risque affluer au cours de la dernière décennie.

Depuis que la pandémie a frappé, les contrats du Pentagone ont été une bouée de sauvetage pour les entreprises de l’industrie spatiale, a déclaré Chris Quilty, président de Quilty Analytics. « Le ministère de la défense a fait tout son possible pour cultiver les relations commerciales et pour tirer parti de l’investissement dans les talents qui existent dans le domaine commercial », a-t-il déclaré à SpaceNews. « Dans l’urgence actuelle, le Pentagone soutient l’industrie d’un point de vue financier par des pratiques contractuelles et des conditions de paiement accélérées. »

Il est quelque peu ironique, a déclaré M. Quilty, que de nombreuses sociétés spatiales commerciales et de nombreux investisseurs aient fait preuve de partialité à l’égard du gouvernement ou de l’armée parce qu’ils sont trop lents à prendre des décisions et à attribuer des contrats. Dans la réalité d’aujourd’hui, a déclaré Quilty, « de nombreuses entreprises ont découvert que le gouvernement, dans certains cas, a la capacité d’agir plus rapidement que les entités commerciales ».

Josh Hartman, associé de la société de capital-risque The Flying Object, a décrit le climat commercial actuel comme « très instable ».

Juste avant que la pandémie ne s’installe, Hartman travaillait à la collecte de fonds pour une petite entreprise du secteur spatial qui avait suscité l’intérêt d’investisseurs stratégiques dans le domaine de la sécurité nationale. Un accord était en cours de préparation, mais les investisseurs se sont retirés, et cela se passe partout, a déclaré M. Hartman à SpaceNews. « Quand l’économie entière est éclipsée par quelque chose comme ça, toutes les entreprises perdent de la valeur. Il est beaucoup plus difficile de lever des fonds ».

M. Hartman, qui est également cadre supérieur chez Geost Inc, un fournisseur de capteurs électro-optiques pour l’armée américaine, a déclaré que les mesures prises par le DoD pour atténuer le coup porté à l’industrie placent les entrepreneurs dans une position plus forte pour surmonter la crise que les entreprises qui ne comptent que sur le capital-risque ou les ventes commerciales.

Pour que l’argent continue d’affluer vers les fournisseurs, le Pentagone a ordonné le 20 mars aux responsables des marchés publics de faire passer le taux des paiements échelonnés de 80 à 90 % pour les grandes entreprises, et à 95 % pour les petites. Les paiements concernent des travaux déjà effectués, ce que fait le DoD en accélérant la remise de l’argent aux entreprises. À ce jour, a déclaré le DoD, l’augmentation des paiements progressifs a permis d’injecter 3 milliards de dollars dans la chaîne d’approvisionnement de la défense.

Une autre mesure clé destinée à éviter les licenciements a été de permettre des « ajustements équitables » afin que les entrepreneurs ne soient pas pénalisés pour les mauvaises performances causées par la pandémie. Cela signifie que les entreprises peuvent demander des ajustements aux calendriers et aux coûts des contrats, a déclaré M. Hartman.

Cela va aider beaucoup de petites entreprises, a-t-il dit. Inévitablement, les horaires vont ralentir et cela va faire augmenter les frais généraux. En proposant de procéder à des ajustements, a déclaré M. Hartman, le DoD offre un filet de sécurité aux entreprises qui, sans ce type d’aide, manqueraient à leurs obligations et feraient probablement faillite.

LA PARTICIPATION DE LA DOD DANS L’INDUSTRIE COMMERCIALE

Dans les secteurs technologiques clés, dont l’espace, le ministère de la défense a un intérêt énorme dans la santé des fournisseurs commerciaux, a déclaré Tara Murphy Dougherty, PDG de la société de données et d’analyse Govini.

« L’image continue d’être sombre sur toute la ligne », a déclaré Murphy Dougherty à SpaceNews. Les retombées économiques sur les entreprises commerciales, a-t-elle dit, « pourraient saper les progrès réalisés par le ministère de la défense dans la construction de ponts vers les petites entreprises et les jeunes pousses. Ces ponts, je ne pense pas qu’ils soient encore cimentés ».

Des organisations telles que la Defense Innovation Unit et le Space and Missile Systems Center de l’US Space Force s’efforcent d’attirer davantage de fournisseurs non traditionnels dans le secteur de la défense, mais seules les entreprises qui ont de véritables contrats avec le ministère de la défense disposent actuellement d’un filet de sécurité financier, a déclaré Murphy Dougherty.

Lorsque le DoD a publié le 20 mars un mémo identifiant les entrepreneurs de la défense comme des « infrastructures critiques » qui devaient continuer à fonctionner pendant la pandémie, il a envoyé un énorme message, dit-elle. « Le plus grand avantage était de réduire l’incertitude pour l’industrie et de créer une certaine sécurité financière ».

Malgré ces actions du gouvernement, les perspectives à long terme sont encore floues, a déclaré Murphy Dougherty. « Tant que nous n’aurons pas de vaccin, nous devrons encore absorber l’impact sur les opérations et sur la main-d’œuvre, même pour les entreprises dont la mission est essentielle ».

« Si vous considérez l’industrie aérienne comme une approximation d’un point de vue chronologique, après les attaques terroristes du 11 septembre, il a fallu deux ans et demi pour que le transport aérien atteigne le niveau qui existait avant le 11 septembre », a-t-elle déclaré. « Ce n’est pas une analogie parfaite, mais je pense que nous devons commencer à penser à l’aggravation des retards et à l’impact qui pourrait durer des années ».

LE RISQUE D’INVESTISSEMENT ÉTRANGER

De nombreuses entreprises américaines étant en difficulté financière, l’afflux de capitaux étrangers vers les entreprises qui développent des technologies pour la sécurité nationale est une préoccupation majeure, a déclaré Murphy Dougherty.

« Il est difficile d’identifier ces entreprises vulnérables sans disposer de données vraiment fiables », a-t-elle déclaré. « Si une entreprise est cotée en bourse, il y a beaucoup de données de haute qualité ». Dans le cas des sociétés non cotées en bourse, il est plus difficile d’identifier leurs sources de financement, mais pas impossible.

Le Pentagone prévoit que les capitaux étrangers cibleront les entreprises technologiques américaines à court d’argent pendant et après la crise des coronavirus, a déclaré le 25 mars aux journalistes Ellen Lord, sous-secrétaire à la défense pour l’acquisition et la technologie.

Un membre du 216e escadron de contrôle spatial de la Garde nationale aérienne californienne trie des poires dans une banque alimentaire au début du mois d’avril. Pendant ce temps, le Pentagone utilise ses autorités contractantes pour fournir un autre type d’aide aux compagnies spatiales durement touchées par la pandémie de coronavirus. Crédit : U.S. Space Force

L’Unité d’innovation de la défense surveille de près cette question, a déclaré le général de brigade Steven Butow, qui supervise le portefeuille spatial à l’Unité d’innovation de la défense et travaille avec de nombreuses startups du secteur.

Le DIU a été créé en 2015 pour accélérer l’adoption de technologies commerciales par le ministère de la défense. Outre l’espace, ses autres domaines d’intérêt sont l’intelligence artificielle, l’autonomie, les systèmes cybernétiques et humains.

Même avant la pandémie, la DIU s’était efforcée de déterminer quelles entreprises commerciales pourraient être visées par les investisseurs étrangers, notamment chinois. « L’état actuel des choses provoqué par COVID-19 n’affecte pas ce processus », a déclaré M. Butow dans une déclaration à SpaceNews. « DIU s’est engagé de manière proactive avec nos entreprises partenaires pour déterminer comment COVID-19 les affecte et leur capacité à atteindre les objectifs des contrats actuels ».

Il est trop tôt pour dire quelles seront les conséquences finales, a déclaré M. Butow. « Le DIU continue d’ouvrir activement de nouvelles sollicitations et d’exécuter de nouveaux accords pour soutenir notre mission d’accélérer la technologie commerciale pour la sécurité nationale ».

L’ATTRIBUTION DE CONTRATS FAVORISE LE FINANCEMENT PRIVÉ

Selon M. Quilty, les annonces de contrats du DoD peuvent avoir un impact énorme en période de crise. Pour une entité commerciale financée par des fonds de capital-risque ou de capital-investissement, l’annonce de l’attribution d’un contrat, même s’il n’a pas encore été exécuté ou financé, est un coup de pouce important, a-t-il déclaré. « Si vous êtes un investisseur ou un investisseur potentiel, le fait que l’entreprise ait obtenu un contrat gouvernemental vous donne la confiance nécessaire pour mettre en place un financement relais ou lancer une nouvelle levée de fonds ».

Les responsables des achats de l’armée de l’air et de l’espace des États-Unis ont déclaré qu’ils prévoient de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour soutenir les fournisseurs. Le commandant du Centre des systèmes de missiles et de l’espace, le lieutenant général John Thompson, a déclaré à SpaceNews le 25 mars que le SMC émet des contrats et accélère les attributions autant que possible. « Beaucoup de nos petits entrepreneurs non traditionnels ont des solutions commerciales que nous voulons essayer d’apporter dans l’écosystème d’acquisition de la défense », a déclaré Thompson. « C’est certainement une priorité pour nous de garder ces petites entreprises innovantes en jeu autant que possible avec le budget disponible dont nous disposons ».

Le responsable des acquisitions du département de l’armée de l’air, Will Roper, a déclaré aux journalistes le 27 mars qu’il s’inquiétait pour les petites entreprises qui ont développé des technologies importantes pour la sécurité nationale et qui sont maintenant en difficulté.

Ces dernières années, l’armée de l’air a mis en place des programmes de type « venture » visant à attirer les petites entreprises qui disposent de technologies applicables à la sécurité nationale. « Nous continuerons à récompenser tous les programmes de recherche sur l’innovation dans les petites entreprises que nous avons à notre disposition », a déclaré M. Roper.

La consultante industrielle Jo-Anne Sears, partenaire de Velocity Government Relations, a déclaré que de nombreuses entreprises du secteur spatial financées par des fonds de capital-risque développent des technologies de pointe dont le Pentagone a besoin pour garder une longueur d’avance sur des rivaux comme la Chine. Si ces entreprises venaient à disparaître, les implications seraient importantes en raison de leur main-d’œuvre talentueuse, a-t-elle déclaré.

Sears a crédité l’armée de l’air pour avoir intensifié les projets SBIR « hors cycle » pendant la pandémie de coronavirus. « Ce programme a été conçu pour financer rapidement des projets de sécurité nationale significatifs axés sur l’espace, l’hypersonnalité et un assortiment de défis techniques », a-t-elle déclaré. C’est une façon d’aider à empêcher certaines de ces entreprises critiques de jeter l’éponge.

Hartman, le partenaire du fonds de capital-risque, a déclaré qu’il y a une chance que le paysage dans le secteur spatial soit définitivement changé.

« Je crains que COVID-19, qui fait suite à quelques mauvaises nouvelles comme OneWeb et Bigelow, n’arrête le flux de capitaux qui a déclenché le boom spatial que nous avons connu dernièrement », a déclaré M. Hartman. « Nous avons déjà vu que les capitaux se tarissent, mais j’espère qu’ils reviendront dans les mois à venir. Sinon, nous verrons la fin de l’ère de la renaissance ».

Cet article a été publié dans le numéro du 13 avril 2020 du magazine SpaceNews.

Cet article a été rédigé par Sandra Erwin et traduit par TouslesTelescopes.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. TouslesTelescopes.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.