Menu Fermer

La première tentative de lancement de Virgin Orbit échoue – SpaceNews.com

Mise à jour à 20 heures (heure de l’Est) avec les commentaires du PDG de la société, Dan Hart.

WASHINGTON – Le lanceur de Virgin OrbitUn échec de sa première tentative de lancement le 25 mai, la mission étant « terminée » quelques instants après le lancement de la fusée de son avion.

L’avion « Cosmic Girl » de la compagnie, un Boeing 747 modifié, a décollé du port aérien et spatial de Mojave en Californie à 14h56 (heure de l’Est), après une tentative de lancement le 24 mai qui a été annulée à cause d’un capteur défectueux sur la fusée. Après un vol de 54 minutes vers la zone de lancement désignée, près des îles Anglo-Normandes au large de la côte sud de la Californie, l’avion a libéré la fusée LauncherOne de son aile gauche.

Cependant, Virgin Orbit, qui n’a pas diffusé le lancement en direct sur le web, mais a offert des mises à jour via les médias sociaux, a tweeté quelques instants plus tard que, bien qu’il y ait eu un « lancement propre » de la fusée de l’avion, « la mission s’est terminée peu après le vol ».

« Nous avons allumé le moteur, et il semble que ce soit un succès », a déclaré Dan Hart, directeur général de Virgin Orbit, dans une interview téléphonique quelques heures après le lancement. « Il a volé pendant une poignée de secondes, puis nous avons eu un problème. »

M. Hart a déclaré que ce qu’était ce problème – une « anomalie » telle que décrite par la société dans une déclaration après le lancement – n’est pas encore connu. Elle a cependant provoqué l’arrêt du moteur NewtonThree qui alimente le premier étage de la fusée.

Virgin Orbit a reconnu qu’il serait difficile d’atteindre l’orbite lors d’un premier lancement, notant que, selon les données historiques, seuls 50 % environ des premiers lancements de nouveaux véhicules sont réussis. La deuxième fusée LauncherOne est en cours d’achèvement dans l’usine de la société, et plusieurs autres sont à divers stades de production.

Les dirigeants de la compagnie ont souligné avant le vol, y compris un point de presse le 23 maiLe simple fait d’allumer le moteur NewtonThree dans le premier étage de la fusée serait une étape clé du vol. M. Hart a déclaré que les événements qui ont précédé le lancement et l’allumage du premier étage se sont déroulés sans heurts.

« Ce que nous avons fait aujourd’hui est une véritable démonstration des aspects difficiles du lancement aérien », a-t-il déclaré. « Même si le vol n’a pas été aussi long que nous l’aurions souhaité, nous avons mis le feu à un grand nombre des risques associés au vol, et nous avons beaucoup appris sur le comportement du véhicule ».

M. Hart a déclaré que les ingénieurs passeront les prochaines semaines à examiner les données de la tentative de lancement, tandis que d’autres continueront à travailler sur la prochaine fusée LauncherOne. Les résultats de l’enquête pourraient conduire à des essais supplémentaires de cette prochaine fusée ou à d’autres modifications, dont l’ampleur n’est pas encore connue.

LauncherOne a débuté comme un projet Virgin Galactic, annoncé par le fondateur de l’entreprise Richard Branson lors du salon international de l’aéronautique de Farnborough en juillet 2012. Tel qu’il a été conçu à l’origine, LauncherOne utiliserait le même avion WhiteKnightTwo construit pour servir d’avion porteur pour son véhicule suborbital SpaceShipTwo.

En 2015, Virgin Galactic a changé de cap et a acheté un Boeing 747 à la compagnie aérienne Virgin AtlanticLe nom « Cosmic Girl » remonte à son utilisation par la compagnie aérienne. L’utilisation d’un 747 a permis à la compagnie d’augmenter la taille, et la capacité de charge utile, de la fusée.

Vierge galactique a transformé le projet LauncherOne en une société distincte, Virgin Orbiten mars 2017, basée à Long Beach, en Californie. Elle a ensuite créé une filiale américaine à 100 %, VOX Space, pour travailler avec les clients de la sécurité nationale.

Virgin Orbit a progressivement constitué un manifeste de clients commerciaux et gouvernementaux. Lors d’un appel aux journalistes le 23 mai, M. Hart a déclaré que la valeur totale de son manifeste se chiffrait en « centaines de millions » de dollars, mais n’a pas donné de chiffre précis. La société a fixé un prix d’environ 12 millions de dollars par lancement avant l’entrée en service, mais il a déclaré que « les prix suivront le marché lorsque nous entrerons en pleine activité et nous nous ajusterons en conséquence ».

LauncherOne fait partie d’un nombre croissant de petits véhicules de lancement destinés à assurer le lancement de petits satellites. Bien qu’il existe plus de 100 véhicules de ce type à divers stades de développement, selon certaines estimations, M. Hart a déclaré qu’il ne voyait pas autant de concurrence pour son entreprise.

« Je ne le vois pas comme étant très chargé », a-t-il déclaré à propos du marché lors de l’appel aux médias avant le lancement. « Nous nous différencions par notre capacité de lancement aérien, qui nous donne beaucoup, beaucoup plus de flexibilité, et même de mobilité ».

La plupart de ces petits lanceurs qui servent de concurrents potentiels à LauncherOne en sont encore aux premières phases de développement. « Le lancement est encore un produit très, très nécessaire », a-t-il déclaré.

Bien qu’il n’ait pas atteint l’orbite, Hart a déclaré que ses employés et lui-même étaient remarquablement optimistes. « L’ambiance était en fait très bonne » au sein de l’équipe de LauncherOne, a-t-il dit, parce qu’ils ont réussi à passer le compte à rebours et le lancement. « L’équipe est très fière d’avoir réussi, et nous l’avons fait sans incident ».

« Le sentiment que j’ai de toute l’équipe est qu’il n’y a aucun doute dans l’esprit de quiconque que nous allons rapidement trouver la cause profonde et y remédier. »

Cet article a été rédigé par Jeff Foust et traduit par TouslesTelescopes.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. TouslesTelescopes.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.