Menu Fermer

Des étudiants font équipe avec la NASA pour tester des outils pour Artemis – NASASpaceFlight.com

Des équipes d’étudiants de tout le pays se sont associées à la NASA pour tester des prototypes d’outils pour les prochaines missions Artemis. Cette semaine, les étudiants ont dirigé à distance des plongeurs au Neutral Buoyancy Lab pour tester leurs conceptions, qui ont répondu à divers besoins de la NASA grâce au programme Micro-g NExT.

Les tests de cette année ont été fortement affectés par la pandémie de COVID-19, ce qui a retardé la semaine de tests de juin à septembre. Les équipes d’étudiants n’ont pas non plus contrôlé les tests depuis la salle de contrôle du Neutral Buoyancy Lab comme d’habitude, mais plutôt à distance depuis les centres de contrôle des missions sur leurs campus. Malgré ces obstacles, et à l’instar d’autres programmes de la NASA cette année, les équipes ont persévéré et ont testé avec succès plusieurs conceptions d’étudiants susceptibles d’être utilisées dans le Programme Artemis.

Le Programme Micro-g NExT est un programme d’engagement de la NASA en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM) qui met au défi des équipes d’étudiants de premier cycle de résoudre les problèmes rencontrés lors des missions spatiales. Les équipes sont chargées de concevoir, construire et tester un système pour soutenir des aspects spécifiques des missions réelles de vols spatiaux habités de la NASA. Les défis de cette année se concentrer sur les besoins des prochaines missions Artemis vers la surface lunaire.

La phase d’essai de Micro-g NExT a lieu à l Laboratoire de flottabilité neutre (LNB)Le Centre d’entraînement sous-marin, qui sert principalement à former les astronautes aux activités extravéhiculaires (EVA) ou aux sorties dans l’espace. Le NBL est situé près du Centre spatial Johnson de la NASA à Houston, au Texas.

Toutes les sollicitations de Micro-g NExT visent à aider la NASA à résoudre des problèmes réels pour les vols spatiaux habités, et les conceptions des étudiants issues de ce programme ont volé dans l’espace – comme la conception d’un cutter Micro-g NExT utilisé par l’astronaute de l’Agence spatiale européenne Luca Parmitano lors de l’EVA 59, une sortie dans l’espace à l’extérieur de la Station spatiale internationale en 2019. L’EVA faisait partie d’une une série de sorties dans l’espace pour réparer l’expérience du spectromètre magnétique alpha (AMS). Lors de la sortie dans l’espace, Luca a utilisé l’outil pour couper l’isolation qui recouvre la structure sous les tubes de refroidissement de l’AMS.

L’astronaute de l’ESA Luca Parmitano attaché au Canadarm de l’ISS pendant l’EVA 59, qui a utilisé un cutter Micro-g NExT – via la NASA

Vingt écoles ont été sélectionnées par la NASA pour tester leurs solutions à divers défis en 2020. L’une des équipes sélectionnées était le laboratoire d’utilisation des technologies innovantes (SUIT) de l’université aéronautique Embry-Riddle, qui a développé le réceptacle Artemis Regolith pour l’extraction et le retour d’urgence à main levée (ARRCHER).

ARRCHER est un dispositif de prélèvement de régolites conçu pour être utilisé lors des EVA à la surface de la Lune à partir de la mission Artemis III, le premier vol d’Artemis qui comprendra un atterrissage sur la Lune avec équipage. Le dispositif serait utilisé dans un scénario d’urgence pour s’assurer qu’au moins un échantillon puisse être prélevé lors d’une EVA, même si l’équipage n’est pas en mesure d’accomplir la mission nominale pour une raison quelconque.

L’équipe du laboratoire SUIT s’est appuyée sur l’expérience acquise lors des précédents défis Micro-g NExT, qui comprenaient le développement et le test de l’outil spécialisé pour l’enregistrement des astronautes (STAR) l’année dernière. STAR est un mécanisme de fixation de la caméra à utiliser sur les mains courantes, la structure en treillis et les chariots d’aide à la translation de l’équipement (CETA) de la Station spatiale internationale. La NASA a cherché à résoudre le problème des vues limitées du chantier pendant les sorties dans l’espace à l’extérieur de la station en développant un mécanisme de fixation facile à utiliser pour une caméra supplémentaire.

En plus des tests habituels de la NBL effectués par les plongeurs d’essai de la NASA, l’équipe STAR était l’une des deux équipes sélectionnées pour être testées par de vrais astronautes de la NASA. STAR a été testé dans la NBL par Victor Glover, qui se prépare pour son premier vol spatial plus tard cette année sur le premier Dragon d’équipage mission, SpaceX Equipage 1.

Cette année, les tests Micro-g NExT se sont révélés différents de la plupart des autres, car aucune des équipes d’étudiants ne s’est rendue à Houston. Alors que les tests NBL ont été effectués à distance, l’équipe du laboratoire SUIT a effectué de multiples tests sous-marins des prototypes ARRCHER avant d’envoyer l’appareil à Houston. Les tests ont été effectués par l’équipe d’étudiants dans des conditions similaires à celles de la NBL.

Le laboratoire du S.U.I.T. a commencé une série de tests de plongée sous-marine pour vérifier la conception d’ARRCHER dans un environnement lunaire analogue. Dans moins d’un mois, ARRCHER sera expédié à @nasajohnson pour avoir testé la LNB en tant que finale de la #MicrogNExT défi. Restez à l’écoute pic.twitter.com/rS9xoEwyi7

– S.U.I.T. Lab (@spacesuitup) 3 août 2020

Le prototype a ensuite été expédié à Houston pour être reçu par l’équipe de la NASA. Après avoir déballé l’appareil et s’être assurés que tous les composants étaient présents et fonctionnaient, l’équipe d’étudiants et la NASA ont procédé à l’examen critique de l’état de préparation aux tests (TRR).

L’objectif du TRR est principalement d’assurer la sécurité des équipes de la NASA pendant le test. Des représentants du laboratoire SUIT et du programme Micro-g NExT, y compris les plongeurs d’essai, ont participé à la familiarisation de base avec ARRCHER et les procédures de test. Il y a également eu un briefing de plongée supplémentaire avant le jour du test.

Le jour du test, les plongeurs ont été dirigés par l’équipe d’étudiants du laboratoire SUIT depuis une salle de contrôle du campus de Daytona Beach, en Floride. La combinaison de flottabilité du plongeur d’essai était configurée pour la gravité lunaire (environ un sixième de la gravité sur Terre), et les tests ont eu lieu dans une section de la piscine de la NBL contenant un régolithe et un simulateur de roche lunaire.

De gauche à droite : Kat Ternus, Nick Lopac, et Niko Blanks, les trois étudiants qui dirigent les tests ARRCHER à distance depuis une salle de contrôle à Daytona Beach – via Thomas Burghardt pour la NSF

Le test ARRCHER a commencé par la familiarisation du plongeur d’essai avec le fonctionnement de base de l’appareil, puis a commencé les principaux objectifs du test. Il s’agissait de sortir l’appareil d’une poche située à l’extérieur de la combinaison de plongée, d’ouvrir l’appareil pour prélever un échantillon de simulant, de fermer l’ARRCHER pour le contenir et de remettre l’appareil en place. Les principaux domaines d’intérêt du test étaient la robustesse de l’appareil et la rapidité avec laquelle les échantillons pouvaient être prélevés.

L’équipe ARRCHER a ensuite procédé à un test secondaire pour prélever deux échantillons à deux endroits avant de fermer et de remettre l’appareil en marche. Après avoir atteint ces objectifs, la phase de test tertiaire a permis au plongeur de désarmer, de prélever un échantillon et de remettre l’ARRCHER en place en succession rapide. Tous les objectifs du test ARRCHER ont été atteints avec succès.

Tout au long des tests, les plongeurs d’essai de la NASA ont fourni des informations sur les appareils à l’équipe d’étudiants. Une fois que tous les modèles des étudiants ont été testés complètement, un briefing post-test du plongeur à chaque équipe d’étudiants a fourni un retour final.

Les équipes d’étudiants vont maintenant terminer leurs rapports finaux sur le développement et les tests de leurs appareils respectifs. Si un modèle est sélectionné pour passer à la phase de préparation au vol, la NASA travaillera avec les équipes d’étudiants pour poursuivre le développement et les tests et préparer le matériel de vol pour les missions Artemis vers la lune dans les années à venir.

(Photo de tête de l’ARRCHER en cours de test dans la LNB via la NASA)

Cet article a été rédigé par Thomas Burghardt et traduit par TouslesTelescopes.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. TouslesTelescopes.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.